La gelée de merise pour Maryse

7/16/2007

Accueil >> Stérilisation à l'eau bouillante >> Gelées

La gelée de merise pour Maryse

Rarement récoltée, la merise (Prunus virginiana) vous fera pourtant une gelée rouge rubis, d'une saveur à la fois douce et astringente tout à fait unique. Vous ne trouverez probablement jamais un tel produit sur le marché. Ces petits fruits à noyau sont très riches en pectine, vous n'aurez pas besoin d'en ajouter. Pour s'en assurer, nous ferons un test facile. Cette recette ira pour 16 ou 17 pots de 125 ml

À partir de mi-juillet, c'est le temps de commencer à cueillir autour de Montréal. Il y en aura jusqu'en mi-août. J'ai mon 'spot' à 10 minutes de marche de chez-moi, au coeur de Montréal. Cet avant-midi, j'en ai facilement cueilli 10 litres. J'y vais 4 ou 5 fois durant l'été et y'a que les petits oiseaux que ça dérange. :)

Ne choisissez que les grappes bien mures dont les fruits se détachent facilement des queues.

Ingrédients :

3 1/2 lbs (1,6 kg) soit environ 2.5 litres de merises bien mûres
1 litre d'eau
7 1/2 tasses (1434 g) de sucre bien sucré

Pour le test de pectine :

Un glou d'alcool à friction (non pas dans la bouche, le glou)
une boîte de pectine en poudre, s’il en manque au jus.

Procédure :

Laver et équeuter les merises et les placer au fond d'une casserole en inox à fond épais. Il n'est pas nécessaire d'écraser les merises et il n'est pas recommandé d'écraser les noyaux. Évitez de les passer au robot.

Verser dessus un litre d'eau, porter à ébullition, réduire le feu, couvrir et laisser mijoter tout doucement, pendant 15 minutes, en remuant de temps à autre.

Verser le tout dans une grande passoire doublée de trois couches d'étamine pour égoutter le plus gros du jus dans un bol.

Au bout de quelques minutes, joindre les coins d'étamine pour former un sac et le suspendre pour laisser égoutter dans le bol pour environ 2 heures. (Je pique les coins du sac avec une épingle de sûreté, que j'attache ensuite à une poignée de porte d'armoire de cuisine avec une ficelle.)

Ne pressez pas le sac, sinon votre gelée sera brouillée.

Procéder au test de pectine. Ça devrait aller tel quel, sinon dissoudre de la pectine en poudre dans votre jus, jusqu'à résultat satisfaisant. Personnellement, j'ai jamais eu besoin d'en ajouter, mais j'ai pris du pif à la cueillette, avec les années.

Mesurer exactement un litre du jus obtenu.

Dans une casserole en inox à fond épais, porter le jus à vive ébullition pour une minute.

Y verser le sucre d'un coup et bien brasser pour le dissoudre.

En brassant constamment, reporter à forte ébullition pour exactement une minute.

Retirer immédiatement du feu et continuer de mélanger doucement pour une minute.

Bien écumer.

Empotez en laissant 1/4 de pouce (0,5 cm)

Suivre ces instructions pour la mise en conserves.

Stérilisez les bocaux 5 minutes à l'eau bouillante.

Votre gelée devrait être bien ferme dans 24 h.

Bon appétit !

Accueil >> Stérilisation à l'eau bouillante >> Gelées

17 commentaires

Oooooohhhh!

J'en veux!! Où peut-on en cueuillir?

16/7/07 18:38

Je te le dis seulement si tu m'envoie une photo de toi en rousse frisée et portant un costume d'infirmière plutôt léger.

;)

16/7/07 19:03

bin... pour le frisé, c'est pas difficile, ça y va tout seul... des reflets cuivrés, ça fait ty?...

Pour ce qui est du costume d'infirmière, j'ai des connections...

:p

16/7/07 19:15

Bin venant de toi, je le prend pour du cash.

Avec ton panier sous ton bras, et portant des pantalons, tu débarques au métro Lionel-Groulx. Tu passes le marché Atwater, et juste avant le pont de la piste cyclable, tu tournes à gauche, suivant le sentier bordant la voie ferrée (et le canal Lachine) jusqu'à une clôture.

Le trésor débute de l'autre coté de la clôture. Elle est facile à contourner pour quiconque ayant une tête méritant des cheveux frisés.

Ces terrains accidentés, en bordure du canal, fournis en broussailles hostiles, et en ronces de tout acabit, nécessitent une paire de pantalons et de bonnes chaussures bien serrées aux chevilles.

Si tu y rencontres un gros twit avec une chaudière blanche, c'est probablement moi. :)

16/7/07 19:43
cammu a dit...

Je viens d'apprendre quelque chose de nouveau aujourd'hui. Je ne connaissais pas la merise et je savais encore moins que ça poussait à Montréal. Chanceux, c'est tout près de chez toi. Tu fais bien d'en profiter.
:)

17/7/07 11:38

Tu sais cammu, la nature reprend ses droits dès qu'on lui en laisse la chance. Le long du canal, j'ai vu des ratons laveurs, des moufettes, de perdrix, des castors et même des grosses tortues.

Le merisier pousse souvent en bordure des sentiers ou des les clairières. C'est très commun.

À "mon spot", il y en a plus d'une centaine sur moins de 800 m de distance.

17/7/07 11:48
DouceHeure a dit...

La merise, la merise ? Deja entendu, jamais vue. Y en a-t-il seulement en Suisse. M'en vais m'informer !
Très tardivement, je remarque que tu m'as mis dans tes liens...un grand merci à toi. Je suis touchée.
Bien à toi et bonne continuation
verO

23/7/07 08:26

Bonjour DouceHeure,

Je crois qu'on dis des guignes aussi en Europe.

Mais dis donc tu es verO de delimOOn ?

J'ai mis un lien vers ton blog car tout est délicieux et joli chez-toi :)

25/7/07 10:40
takine a dit...

de toutes les gelées ou confitures c est de loin ma préférée et ce depuis des années. En plus, j ai la chance d'avoir quelques prunus kek chose dans ma cours:)) pour cueillir ces belles merises
ha que la vie est belle.... cependant, avant d'essayer cette recette sur ton site, je dois avouer (honte a la cuisinière que je suis) que je manquais cette recette une fois sur deux... le résultat variait au ryhtme de mes nombeux essais :))) faut tu être entêtée pour que ca reste ma gelée préérée...
bref, merce de cette recette que j ai enfin réussie comme jamais avant:)))

7/9/08 11:19

Kikou tite Takine !

Je suis bien content que ça marche enfin. Le truc de l'alcool, c'est une vraie bonne mesure pour les jus de gelées.

Il ne m'est jamais arriver de devoir ajouter de pectine avec cette recette, mais une fois, c'était un peu juste.

Tu sais que ça vaut une fortune ces petits pots là ?

Je te souhaite de tout pouvoir cueillir avant les petits oiseaux l'an prochain. Tu ne leur en laisse pas une ! :)

7/9/08 11:53
takine a dit...

ben comme mes arbres près de la maison produisent énormément, je n'ai pas de problème à en laisser quelques une aux ti zoizeaux,,, en échange ils me gazouillent des zaires très zagréables:)) en plus j'ai bien d'autres conserves à faire car je ne veux pas laisser gaspiller les produits de mon super marcher (le grand potager au fond de la cours:)) je vais sans doute devoir aussi partager le restant de mes pommes avec les ti zoizeau, car après la compottes, les morceaux de pommes dans le sirop, je sais plus trop quoi en faire, et ce sont de petites pommes d'été qui ne se conservent pas longtemps, penses tu que je pourrais faire du jus de pommes en conserve?? sinon, les ti zoizeau devrons gazouiller plus longtemps hihi
la takine

9/9/08 09:19

Bonjour Takine,

C'est vrai, il faut en laisser sur l'arbre.

Pour le jus de pomme, ou les jus de plusieurs fruits peut facilement se conserver.

Le défi, c'est d'extraire le jus. Je n'ai qu'une vague idée.

Je sais qu'on utilise des presses et des extracteurs à vapeur pour les jus. Les extracteurs à vapeur en inox sont moins chers, mais c'est près de 200 $.

Malheureusement, je n'ai jamais fait ça. Si tu maitrise l'anglais chatouille google avec ça. En français ça viens d'Europe. Steam juicer, qui disent.

Si tu veux faire des gelées pour la peine, ça va grandement faciliter l'extraction.

9/9/08 09:43
Manon a dit...

Dis-moi donc cher expert de la merise, mes fruits rouges tout glacés, ça pourrait-y en être? Me semble que ça serait possible, si tel est le cas je chercherai pas plus loin que 3 mètres a côté de ma porte ;)

C'était dans la plate bande quand on est arrivé icitte. Pour l'instant ya les gelinottes qui en mange a l'automne.

30/12/09 22:11
Manon a dit...

Autre question...

As-tu déjà essayé de réchauffer ton sucre au four avant de l'ajouter à ton jus? Ça dissout plus vite et le choc de température est moins grand.

31/12/09 06:45

Bonjour Manon,

Je suis sur que non, malheureusement.

Les merises poussent en grappes et les fruits sont petits comme des bleuets sauvages. Elles n'ont que très peu de chair sur un gros noyau. Elles restent très rarement sur l'arbre même en fin août, tellement les oiseaux en sont friands.

Pour préchauffer le sucre, j'ai déjà lu ça dans un ou deux livres, mais franchement, je n'ai jamais essayé. Ce qui m'a découragé de le faire, c'est la chaleur additionnelle du four.

Tu devineras que je fais rarement quelques pots à la fois et que les préparations et la stérilisation chauffe assez la cuisine comme ça quand j'en fais.

Toi tu l'a essayé ? Ça donne une différence sur le produit fini ?

31/12/09 08:45
Manon a dit...

Bon je suis entrain de fouiller... C'est peut-être une sorte de pommier de sibérie (malus baccata)... Je suis allée en chercher dehors à matin pour regarder les noyaux, ça plus d'l'air de pépins, mais bon. TK l'arbre a le port d'un pommier par contre.

Oui j'ai déjà préchauffé le sucre... Il se dissout effectivement beaucoup plus vite et l'ébullition n'arrête presque pas. Utile quand tu ne fais pas macérer les fruits dans le sucre au préalable.

31/12/09 10:21

Publier un commentaire

Vérifiez bien les FAQ et utilisez le moteur de recherche (en haut à gauche) avant de poser une question SVP. Les question figurant déjà dans les FAQ ne seront pas publiées.